The Carrie Diaries VS My Mad Fat Diary

Il y a souvent un monde entre les séries anglaises et américaines. Lundi soir nous l’a prouvé : deux séries, ayant pour héroïne une adolescente écrivant un journal intime, ont été diffusé de chaque côté de l’Atlantique. The Carrie Diaries sur The CW et My Mad Fat Diary sur Channel 4 présentent deux jeunesses durant les années 80 à l’opposé l’une de l’autre. Et les anglais l’emportent haut la main.

Fort du succès de l’excellente série Sex and the City sur HBO entre 1998 et 2004, la chaîne The CW a décidé de s’attaquer à un prequel en racontant l’adolescent de Carrie Bradshaw, en se basant toujours sur les romans de Candace Bushnell. Malheureusement, on est loin de la qualité de S&TC : cette Carrie là est plate et déjà vue. Les thèmes abordés se veulent profond – la mort d’un parent, le deuil, la découverte de l’amour,… – mais leur traitement est facile et peu crédible. Carrie se met à évoluer dans deux mondes : celui de son lycée, et celui de Manhattan, où son père l’envoie en stage. La grande ville, pour elle, c’est tout de suite le luxe, la mode, l’argent, la facilité. Carrie est loin d’être l’incarnation du rêve américain : à part parler d’elle, elle n’a jamais entreprit grand chose. Bref, si la série sera tout à fait au goût des nostalgique de Gossip Girl, The Carrie Diaries n’offre même pas cette lecture un peu acide et second degrés. Bref, il y a encore du boulot pour que cette série arrive à la cheville de sa grande soeur, ou de My Mad Fat Diary.

My Mad Fat Diary part d’un personnage beaucoup plus intéressant et complexe : une ado obèse qui sort d’une lourde dépression. Ici, rien n’est doré ni facile, surtout quand on vit seule avec une mère en quête constante d’un homme, qu’on s’est toujours senti rejeté d’une société difficile et qu’on est très mal dans sa peau. Pourtant, Rae (très justement jouée par Sharon Rooney) doit retrouver sa place dans le monde, peu importe le nombre de chocolate bar qu’elle devrait engloutir pour faire face. A la fois fraiche et grave, rigolote et touchante, résonnant en chacun de nous, voici l’adolescence comme on l’ a connu, où la musique tient une place importante, où l’on doit faire face à la honte de changer. On s’identifie beaucoup plus aux chagrins de Rae qu’au problème de robe de Carrie, et c’est sans hésiter qu’on suivra jusqu’à bout cette histoire. De plus, la série a le mérite de soulever la question de la dépression chez les ados, un phénomène dont on n’ose encore peu parlé. Après SkinsThis is England 86, Channel 4 continue donc à explorer l’adolescence avec succès.

uktv-my-mad-fat-diary-3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s