Mariage à Mendoza

Le road-movie a encore de beaux jours devant lui. Dans le cinéma français, on aime cependant faire prendre aux personnages des routes inconnues : avec Mariage à Mendoza, c’est l’Argentine que nous fait découvrir Edouard Deluc.

Si c’est son premier long-métrage, ce n’est pas la première fois que Deluc croise le personnage de Marcus. Dans ¿ Donde está Kim Basinger ?, moyen-métrage qui a obtenu le Grand Prix de Clermont-Ferrand 2009, on était déjà sur les routes argentines en compagnie de Philippe Rebbot, le comédien qui donne tant de tendresse à ce barbu doux-dingue. C’est maintenant avec son Nicolas Duvauchelle de frère déprimé que Marcus arrive à Buenos Air, avec quatre jours devant lui avant le mariage de son cousin. Ils vont alors faire la connaissance de savoureux personnages secondaires et, alors que le petit frère retrouve un peu de joie de vivre, Marcus est rattrapé par ses problèmes psychiatriques. Mais pas de misérabilisme pour autant : feel-good movie, film de potes, le genre impose une fin heureuse, des rires malgré tout. Un petit film, assez classique mais efficace, où l’on évite pas quelques clichés mais où tous les personnages ont leur charme (à part celui du cousin futur-marié…). Un joli premier film, écrit entre autre par Deluc, Tribbot, Thomas Lilti et  Anaïs Carpita.

342228-mariage-a-mendoza-620x0-1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s