Defiance

La nouvelle grande série de science-fiction a été annoncé sur la chaine SyFy pour la mi-avril. Defiance, crée par trois poids-lourds de la SF télé dont Rockne S. O’Bannon, se déroule dans un mode post-apocalyptique et est accompagnée d’un jeu vidéo multijoueur en ligne. De quoi étendre un univers qui, à défaut d’être original, parait plutôt sympathique.

Plus de planète Terre telle qu’on la connait : des extra-terrestres (les Voltans) ont débarqué, ont fait la guerre aux humains, les radiations ont détruit les paysages. Maintenant, c’est une terre sauvage sauf dans la ville de Defiance où toutes les nouvelles races apprennent à vivre ensemble. La belle mairesse y veille, tout comme le shérif, la patronne du bordel et les deux puissantes familles ennemis de la ville. Au milieu de tout ça débarque un ancien militaire désormais libre loubard et sa fille adoptive, et, forcément, il va devenir le héros de tout ce petit monde. A la fin de ce double pilote, on se dit que Defiance a pompé sur toutes les séries de science-fiction pré-existante tant on retrouve des thèmes, des schémas que l’on connait : Star Wars, Farscape, Battlestar Galactica,… tous sont des références dont Defiance ne peut se cacher. Pire encore : les scénaristes n’ont pas hésité à faire appel à Roméo et Juliette ! Ainsi, on sent arriver beaucoup des rebondissements bien à l’avance, certaines intrigues paraissent vraiment superflus et certains personnages sont hyper déjà-vus. Mais… mais peut-être par nostalgie, peut-être par amusement, peut-être parce que les acteurs sont tout de même touchant (surtout Grant Bowler de True Blood et Julie Benz de Dexter), on finit quand même par se laisser prendre au jeu et passer un bon moment. Les décors et les effets spéciaux ne sont pas trop mal, quoi que la bataille finale pêche un peu. Surtout, on ne prend pas trop la série au sérieux : point de lecture philosophique  ni d’interprétation nécessaire. Ici, c’est le divertissement qui prime. On attend cependant de la suite de la saison qu’elle aille un peu plus loin si elle ne veut pas rapidement nous ennuyer : il faut que les intrigues se complexifient et se densifient un peu, surtout l’arche principale dont on a finalement tout de suite la clé… La chance que Defiance devienne une bonne série est mince, mais elle est bien là, à elle de saisir la chance du petit intérêt suscité par le pilote.

Defiance - Season 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s