Abdel Raouf Dafri

Voici un extrait de mon article paru dans Jeune Afrique sur le scénariste Abdel Raouf Dafri :

« À 48 ans, ce fils d’immigrés est l’un des scénaristes les plus en vue aujourd’hui. À peine a-t-il écrit les épisodes de la saison 3 de la série Braquo que le tournage commence, Caplan et sa bande de flics tentant de s’en sortir dans un polar grinçant aux allures de western. Du pur Dafri : un regard sociologique anxiogène, de l’action à l’américaine et une bonne dose de vécu.

Lorsque ses parents, illettrés, débarquent d’Algérie en 1962, ils tiennent à donner à leurs sept enfants une éducation solide. « Ils ne m’ont pas cassé les pieds avec l’Algérie. Je sais d’où je viens, je parle l’arabe, je connais la mentalité par coeur, mais ce n’est pas mon pays. Je paie mes impôts ici, ma fille est française. » Enfant, il préfère la lecture des bandes dessinées à la discipline scolaire. Et apprend à aimer les histoires avec Dumas et Hugo. « Le système français n’est pas bâti pour les originaux, alors je ne me suis pas intéressé au système. » Pourtant son père, ouvrier, veut qu’il ait un métier : un CAP de chaudronnier-soudeur fera l’affaire. À 16 ans, l’apprenti Dafri regarde les westerns de Sergio Leone et y retrouve l’ambiance de sa cité. « Les mecs avec qui j’ai grandi, c’étaient des gangsters. Moi, je n’avais pas les couilles pour être comme eux. J’avais un cerveau, ils avaient des tripes. » Les sujets de ses futurs films sont là…

Rythme

Coup de chance : l’avènement des radios libres, en 1981, lui permet de devenir journaliste. Il apprend à rédiger et à se fabriquer une « horloge interne » du phrasé. « La base du scénario, c’est le rythme. En France, on le néglige, mais pour moi il faut que ça swingue ! Clouer les gens à leur fauteuil, je sais faire. » Malgré quelques premières rencontres avec des sociétés de production, Dafri attend son heure. Être « scénariste à louer », très peu pour lui. « Yves Saint Laurent n’est pas devenu Yves Saint Laurent en faisant la couturière, mais en devenant patron de collection. »

Galères, RMI, tout en continuant à écrire les histoires qui germent dans sa tête. Une série, La Commune, et un film, Un prophète. L’arrivée de François Cognard à la tête de Canal+ Écriture va provoquer les rencontres nécessaires. Marco Cherqui décide de produire Un prophète et en confie la réalisation à Jacques Audiard. Le film obtient le grand prix du jury au Festival de Cannes et le césar du meilleur scénario. Dafri rencontre aussi un jeune producteur, Thomas Langmann, dont le projet de biopic sur le criminel Jacques Mesrine est en train de prendre l’eau, et qui lui demande de revoir le scénario. Le sujet n’emballe pas Dafri : « Pour moi, un mec qui abandonne sa famille pour devenir un fantasme de lui-même, c’est un connard. Le véritable héros, c’est celui qui se lève le matin et va bosser pour que sa femme et ses gosses puissent avoir un toit. » C’est parce que Langmann réussit à convaincre Vincent Cassel et que Jean-François Richet est à la réalisation que Dafri signe. Nouveau succès. »

L’article entier est visible ici : http://www.jeuneafrique.com/ArticlePersonnalite/JA2729p070.xml0/Type:Parcours/algerie-france-culture-cinemaabdel-raouf-dafri-des-tripes-et-des-lettres.html

030042013104954000000JA2729p070

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s