The Grand Hotel Budapest

Si vous ne connaissez pas le style particulier du cinéma de Wes Anderson, vous passez sans doute à côté d’un des plus grands cinéastes du moment. Certes, son avant-dernier long-métrage, Moonrise Kingdom, m’avait laissé un petit goût de déception du fait même de l’histoire. Mais dans son dernier film, The Grand Hotel Budapest, la déception n’a pas le temps ni la place de pointer le bout de son nez : la créativité la bat à plate couture.

Un écrivain va se ressourcer dans un hôtel qui sent la naphtaline et résonne des échos de splendeur passé. Il y rencontre le directeur solitaire qui lui raconte son histoire, et comment il est devenu le propriétaire de l’établissement. C’est parti pour un récit rondement mené, loufoque et surtout truffé d’effet visuel, sur un rythme assez semblable à Fantastic Mister Fox. Assez éloigné par certains aspects des thèmes habituels d’Andersen (les enfants incompris de leur parents, les ados tourmentés,…), c’est pourtant dans un style poussé à son paroxysme qu’on nage durant deux heures. Les couleurs, les formes, les inspirations sont un véritable musée d’idées de génie. On y retrouve pleins d’éléments des films précédents, les trains, le français, les comédiens bien sûr. Casting trois étoiles pour carnaval sucré et réjouissant. Du grand Wes !

The-Grand-Budapest-Hotel-Wes-Anderson-02

Publicités

Un commentaire sur « The Grand Hotel Budapest »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s