Mes Meilleurs Séries de 2015 !

L’heure du traditionnel classement des meilleurs séries vues cette année a sonné ! Alors, 2015, ça donne quoi ? Du bon, bien sûr, à en perdre la tête ! Petite sélection de la crème de la crème, sans ordre de préférence (c’est trop dur !)

SENSE8 : Bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité, la dernière création des Wachoswki est réjouissante. D’une part, avec une inventivité bordélique mais dans l’émotion, elle est un régal d’histoires. D’autre part, elle nous redonne un peu foi en l’humanité.

JONATHAN STRANGE & MISTER NORRELL : Ce que les anglais savent faire de meilleur : de l’historique, de la magie, le tout dans un ton complétement décalé, fantastique, très bien réalisé et prenant à souhait.

UNREAL : Les dessous de la télé-réalité n’auront plus de secret pour vous, et pour cause… cette série, mordante, acide et pleines de rebondissement vous dégoutera à tout jamais de ce monde de requin !

MR ROBOT : Il ne faut pas sous-estimer les hackeurs… ni leur folie. Mister Robot explore dans un rythme soutenu les délires d’un personnage troublé qui veut renverser la société.

GALAVANT : The comédie musicale de l’année est l’histoire décalée et drôlissime d’un chevalier parfait qui veut sauver sa bien-aimée, une belle garce, des griffes d’un méchant roi.  On ne s’en lasse pas !

CUCUMBER : avec ses déclinaisons Banana et Tofu, Cucumber explore avec brio et tendresse les aléas des couples, qu’ils soient gays ou straight, et surtout la sexualité comme un grand terrain de jeu. Top !

BLOODLINE : une famille qui se déchire lorsque le fils (tout sauf) prodige revient… cette série vaut pour sa narration complexe et intéressante, son rythme inhabituel et ces personnages forts.

10% (DIX POUR CENT) : Il y a eu du très bon en série française cette année, mais celle qui sort du lot, c’est 10% ! Une comédie dramatique bien écrit, drôle, touchante, sur des agents artistiques qui enchainent les problèmes et les guests.

DAREDEVIL : cette série est très représentative du changement de ton des histoires de super-héros. Plus noire, plus complexe, c’est une vraie réussite que ce Daredevil, qui joue sur le côté humain et moralement complexe de la justice.

UMBREAKABLE KIMMY SCHMIDT : Pour finir, chapeau bas à cette comédie, dernière création de Tina Fey et sa bande. Complétement décalée, Kimmy a pour principe de voir la vie du bon côté, vie qu’elle a laissé dans les années 1990… elle n’a pas fini de redécouvrir le monde de manière frontale !

sense_key_008_h-660x330

Cucumber, Banana and Tofu

Cela faisait longtemps qu’on attendait le retour du scénariste Russel T. Davies. Créateur de la série Queer as Folk, Davies est surtout connu pour avoir remis la série Doctor Who au goût du jour et relancé avec brio la franchise. Depuis qu’il a laissé sa place à Steven Moffat, il avait disparu des radars… et pour cause : il nous concoctait Cucumber, Banana et Tofu, non pas une mais trois séries. Vous avez dit transmédia ?

Vous l’aurez peut-être deviné, avec ces séries, c’est de sexe dont on nous parle ici. Cucumber, Banana et Tofu, ce sont trois différents stades de l’érection masculine. Car plus que de sexe, c’est d’homosexualité qu’il s’agit, à différents âges et stades de la vie. Cucumber, série 52′ diffusée sur Channel 4, se concentre sur le personnage de Henry qui, en pleine crise de la quarantaine, est coincé dans le tofu. A la fois tendre et un peu méchant, ce récit autour d’un homme qui sent le monde aller trop vite autour de lui possède ce qu’il faut de fantaisie et de décalage pour fonctionner parfaitement. Notre héros a beau être casé, l’excitation n’est plus là, malgré les tentations…. tentations dont on retrouve les histoires dans Banana, une série 26′ diffusée sur E4. Chaque épisode se concentre sur un personnage secondaire – et principalement jeune – de Cucumber. Ici, c’est beaucoup d’humour, un regard amusé sur une jeunesse, des côtés so British, c’est accrocheur, cru. Cru, c’est aussi ce qu’on pourrait utiliser pour Tofu, une série documentaire présente uniquement en ligne, qui interroge le sexe sans tabou. Car plus que cru, c’est une remise en question honnête de la place, l’image et surtout le négativisme que nos sociétés peuvent encore avoir sur les pratiques sexuelles. Pour une fois qu’on en parle normalement !

Vous l’aurez compris, en plus d’histoires efficaces et qui peuvent parler à tous, Davies frappe encore fort en créant un mécanisme de séries complémentaires à grande échelle assez rare et efficace pour être souligné. Pas besoin d’être pervers pour y jeter un oeil !

cucumber banana tofu