Dates

Rappelez-vous, il y a quelques années, une série anglaise mettant en scène des ados comme on ne les avait jamais vu défrayait la chronique. Alors que la dernière saison de Skins commence Outre-Manche, son créateur Bryan Elsley nous offre une plongée dans le monde du « blind date » adulte avec Dates.

Durant les neufs épisodes d’une vingtaine de minutes, le spectateur assiste donc à une première rencontre entre deux personnes qui ne se connaissent que sur la toile. Chacun, avec ses lourds bagages du passé, semble chercher l’amour et le rendez-vous est à la fois un duel de séduction, un piège tendu à l’autre pour qu’il se dévoile en premier. Toute la finesse de l’écriture passe par d’excellents comédiens, notamment Oona Chaplin que certains reconnaitront de Game of Thrones. Si certains sont récurrents, d’autres de passage, tous les protagonistes se battent contre eux même pour laisser voir leur meilleur profil, mais c’est sans compter sur la personne d’en face. L’unité de lieu et de temps renforce cette impression de fugacité de la vie, où tout peut se jouer à rien. On peut les regarder séparément mais un esprit voyeur nous donne très vite envie de voir la suite.

Dates

Publicités