The Durrells

Downton Abbey vous manque ? Vous n’avez plus votre dose de Lakerise to Candleford et autre Call the Midwife ? Pas de panique : la télévision anglaise a toujours, toujours sous la main la série familiale historique chaleureuse et attachante. La dernière en date ? The Durrells, sur ITV.

Adapté par le scénariste Simon Nye de la trilogie The Corfu Trilogy de Georges Durrells, la série raconte l’histoire d’une mère et de ses quatre enfants. Complétement dépassé par les dettes et les problèmes d’éducation, Mrs Durrells décide de quitter Porthsmouth pour l’île grecque de Corfu. A l’époque, à Corfu, il n’y avait ni béton, ni électricité : seulement la vie sauvage, de quoi défriser nos petits anglais. Le pilote nous montre de façon efficace, quoi que parfois un peu grossière, les caractérisations des personnages, nous laissant entrevoir quels vont êtres leur problématiques et leurs évolutions. C’est un sentiment presque nostalgique qui émerge pourtant, comme lorsqu’on se souvient des vacances en famille lorsqu’on était enfant. C’est donc vers un guilty pleasure que se dirige cette série, dont une saison deux a été commandé.

Meet_the_cast_of_The_Durrells

Billions

J’ai beau être en retard dans les nouveautés de cette année, je ne pouvais pas passer à côté de Billions. D’une part car je ne manque aucune série avec Damian Lewis, d’autre par car Showtime nous réserve souvent de belles surprises.

Bien que le pitch ne m’attirait pas plus que cela, un thriller sur fond de finance, le pilote de Billions est assez bien fichu. On nous présente les personnages de manière claire et avec une bonne caractérisation (quoi que pour l’instant manquant un peu de profondeur) : un procureur qui ne veut pas se faire manipuler et un roi de la finance bien décidé à ne voir personne se mettre en travers de son chemin. On peut dire que l’enjeu entre les deux antagonistes est tout de suite présent. Le personnage féminin, qui semble d’ambler plus intéressant et qui aura surement à faire le choix le plus fort, intrigue. Certes, dans les dialogues, ils n’y vont parfois pas avec le dos de la cuillère, et l’esprit très américain de Wall Street et du 11 septembre sont au coin de la ruie. On se demande d’ailleurs comment ils vont faire pour alimenter toute la saison sans tomber dans trop de soap. Mais c’est plaisant, et notre curiosité est piquée !

egtredrgte

Houdini & Doyle

Il n’y a bien que les anglo-saxons pour oser s’amuser à ce point avec une série télé. Une série ludique, légère, efficace. Dans la veine de Death In Paradise ou encore The Librarians (dont David Titcher est aussi co-créateur), ITV, Fox et la chaine canadienne Global présentent Houdini & Doyle.

Vous l’aurez compris, tout est dans le titre : il s’agit d’une série dont les personnages principaux sont Harry Houdini, le magicien, et Arthur Conan Doyle, l’écrivain père de Sherlock Holmes. La paire se retrouve pour… résoudre des meurtres ! Mais pas n’importe lesquels : ceux entourés d’une aura mystérieuse, qui semblent dépasser la logique et l’entendement… Doyle croit au surnaturel, Houdini, en bon magicien, le réfute complétement. Petit côté X-Files, vous dites ? On en est loin, mais il y a un peu de ça ! Accompagnée par une femme policier, très rare à l’époque, ils vont d’aventures en aventures. Le pilote vend vraiment bien l’affaire : c’est plaisant, il y a une dose correcte de suspens, les comédiens s’amusent (le plaisir de retrouver Stephen Mangan d’Episodes) et on ne s’ennuie pas. L’écriture menée par  David Shore (House),  David Hoselton et David Titcher se compléte avec la réalisation de Stephen Hopkins (Californication, 24). Pas vraiment original, mais le genre de série à garder au chaud pour les dimanches soirs !

3799