Mes Meilleurs Séries de 2015 !

L’heure du traditionnel classement des meilleurs séries vues cette année a sonné ! Alors, 2015, ça donne quoi ? Du bon, bien sûr, à en perdre la tête ! Petite sélection de la crème de la crème, sans ordre de préférence (c’est trop dur !)

SENSE8 : Bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité, la dernière création des Wachoswki est réjouissante. D’une part, avec une inventivité bordélique mais dans l’émotion, elle est un régal d’histoires. D’autre part, elle nous redonne un peu foi en l’humanité.

JONATHAN STRANGE & MISTER NORRELL : Ce que les anglais savent faire de meilleur : de l’historique, de la magie, le tout dans un ton complétement décalé, fantastique, très bien réalisé et prenant à souhait.

UNREAL : Les dessous de la télé-réalité n’auront plus de secret pour vous, et pour cause… cette série, mordante, acide et pleines de rebondissement vous dégoutera à tout jamais de ce monde de requin !

MR ROBOT : Il ne faut pas sous-estimer les hackeurs… ni leur folie. Mister Robot explore dans un rythme soutenu les délires d’un personnage troublé qui veut renverser la société.

GALAVANT : The comédie musicale de l’année est l’histoire décalée et drôlissime d’un chevalier parfait qui veut sauver sa bien-aimée, une belle garce, des griffes d’un méchant roi.  On ne s’en lasse pas !

CUCUMBER : avec ses déclinaisons Banana et Tofu, Cucumber explore avec brio et tendresse les aléas des couples, qu’ils soient gays ou straight, et surtout la sexualité comme un grand terrain de jeu. Top !

BLOODLINE : une famille qui se déchire lorsque le fils (tout sauf) prodige revient… cette série vaut pour sa narration complexe et intéressante, son rythme inhabituel et ces personnages forts.

10% (DIX POUR CENT) : Il y a eu du très bon en série française cette année, mais celle qui sort du lot, c’est 10% ! Une comédie dramatique bien écrit, drôle, touchante, sur des agents artistiques qui enchainent les problèmes et les guests.

DAREDEVIL : cette série est très représentative du changement de ton des histoires de super-héros. Plus noire, plus complexe, c’est une vraie réussite que ce Daredevil, qui joue sur le côté humain et moralement complexe de la justice.

UMBREAKABLE KIMMY SCHMIDT : Pour finir, chapeau bas à cette comédie, dernière création de Tina Fey et sa bande. Complétement décalée, Kimmy a pour principe de voir la vie du bon côté, vie qu’elle a laissé dans les années 1990… elle n’a pas fini de redécouvrir le monde de manière frontale !

sense_key_008_h-660x330

Sense8

Nous sommes tous reliés les uns aux autres, que nous le voulions ou non. Influencés par ce que les autres disent, aiment, ressentent, leurs émotions, leurs sensibilités, leurs goûts, leurs touchés… Cette connexion, Lana et Andy Wachowski l’ont poussé à l’extrême dans leur première série, Sense8, diffusé sur Netflix. Et ils ne font pas les choses à moitié…

8 personnes différentes un peu partout dans le monde. Tous jeunes, beaux, mais différents : une DJ islandaise à Londres, un chauffeur de bus Kenyan, une businesswoman au japon,… gay, bi, tradi, voleur, gentils, méchants (mais pas trop quand même), ces huit personnages se réveillent un jour un peu différents, sous le coup d’une vision, celle d’une grande femme blonde. Ils ignorent encore qu’ils viennent de se fondre l’un dans l’autre, de se connecter à une nouvelle échelle, une nouvelle dimension. En voilà, un sujet de série foisonnant, un peu fou, voire même délirant ! Pourtant, c’est dans la lignée du cinéma des Wachowski, qui avaient abordé ces thèmes dans Cloud Atlas. Ici, ils ont 12 épisodes pour dérouler les fils, et prennent leur temps : il faut installer tous les personnages, qui ils sont, leur problématique, tout en les mêlant l’un à l’autre. Le résultat est de très bonne facture. Outre le côté technique brillant (casting, réalisation,…), c’est surtout du super divertissement. Ça part dans tous les sens mais on s’en fiche, on aime un personnage, puis l’autre, on s’attache, on a envie de savoir, bien que certains parcours ne soient pas des plus originaux et que les questions humaines, politiques ou philosophiques peuvent paraître bateau ou de la simple vulgarisation, bien que ce soit souvent too much, c’est scotchant. De la coolitude incarnée. Et plus on avance dans les épisodes, plus les pièces du puzzle se mettent en place, et moins on a envie de décrocher. C’est bien la première fois que la tentation du binge watching est si forte, au risque de s’en faire exploser  les neurones. Bref, si vous accrochez au pilote, vous êtes partis pour une belle aventure !

sense8