War and Peace

Si l’année série 2016 ressemble à cette première nouveauté, je peux vous dire qu’on va être gâtés. Car la BBC commence très, très fort en ce début janvier…. avec une nouvelle adaptation du roman épique de Tolstoï, Guerre et Paix.

Grande histoire romanesque, politique et humaine, le récit du roman est passionnant, dense, captivant. Mais pas facile à adapter à la télévision sans devenir une succession plate d’événements… mais c’est sans compter sur Andrew Davies, le scénariste spécialiste des period drama en tout genre, d’Orgueil et Préjugé à Mr Selfridges en passant par Dickens. Donner un coup de balais à l’histoire, mettre les passions amoureuses et emportements de la jeunesse au cœur des personnages, tamiser les enjeux avec brio : c’est très bien fait. C’est sans compter non plus sur le réalisateur Tom Harper, qui s’est fait les dents sur Misfits et Peaky Blinders, et qui n’a pas peur de mettre les bouchées doubles en terme visuel, avec de beaux mouvements de caméra, des plans justes et  la hauteur des beaux moyens et de la belle reconstitution présentée. Enfin, c’est sans compter sur un casting de ouf. Tous les acteurs sont des têtes connues, et tous s’amusent, se donnent à fond. Bien sûr, Paul Danno vole un peu la vedette aux autres, mais Lily James (Downton Abbey), James Norton (Happy Valley), Tuppence Middleton (méconnaissable sans ces blancs cheveux de Sense8) et même Gillian Anderson (!!) ajoute ce qu’il faut de talent pour qu’on soit sous le charme. Vous l’aurez deviné, je vais déguster ces six épisodes avec joie, parce qu’ils sont exactement ce que j’aimerai faire : du bel historique !

war_peace-everyone_3539646b

Downton Abbey : money makes the world go round

Attention, il vaut mieux avoir vu l’épisode sous peine de spoilers!

Ma série historique anglaise favorite a fait son grand retour dimanche soir sur ITV. Neufs longs mois après un épisode spécial Noël, Downton Abbey, dont je vous avais parlé ici, revient pour une saison 3 se déroulant durant l’été 1920, qui ne sera certainement pas de tout repos pour la famille Grantham et ses domestiques…

Quel plaisir de retrouver les habitants du domaine de Downton ! Ce première épisode nous replonge immédiatement dans l’ambiance et on retrouve les personnages comme on les aime, alors que de grands changements se préparent. En effet, il semble que l’intrigue principale de cette saison tourne autour de la fortune de de Lord Grantham qu’un mauvais placement lui a fait perdre. Comment va-t-il se relever? va-t-il être obliger de vendre Downton? Et si un héritage inattendu de Matthew Crowley, dont le mariage avec Mary est célébré à la fin de l’épisode, peut les sauver de la ruine… à condition que Matthew accepte d’en faire don à son nouveau beau-père ! Cette situation financière délicate risque d’impliquer beaucoup de monde à Downton, peut-être même la mère de Lady Grantham (la nouvelle venue Shirley McLane, rivale à la hauteur pour Maggie Smith!) venue de New-York pour la noce…

Bien sur, il ne faut pas oublier les nombreuses intrigues amoureuses qui semblent se dessiner. Edith s’entiche fort peu discrétement d’un homme plus vieux qu’elle, et Mary essaie de faire accepter à sa famille son mari chauffeur avec qui elle s’est enfuit et de qui elle est enceinte. Et les domestiques ne sont pas en reste. Bates est en prison, et Anna cherche à le faire innocenter par tout les moyens. Y arrivera-t-elle? Daisy semble vouloir faire des siennes également, et de nouveaux arrivants, à commencer par le neveu de Miss O’Brien, promettre de l’animation dans les cuisines.

Ce « season premiere » est donc très réussi, un peu plus long que la normale pour bien nous replonger dans l’atmosphère de la série. Des pistes intéressantes sont lancées, des drames se préparent dans l’atmosphère joviale du mariage (car, bien qu’on ne croit pas une seule seconde au fait que la querelle de dernière minute empêche les tourtereaux de convoler, on est quand même soulager que le mariage est bien lieu!). Les dialogues sont toujours aussi efficaces, l’ironie dramatique fait son effet, le casting est toujours parfait, bref, vivement la suite!