Series Summer Classics : Mad Men

Quand la chaleur vous tombe dessus comme une chape de plomb, quand vous n’avez pas envie de trop bouger de peur de vous mettre à suer et que vous plongez dans une douce léthargie d’après-midi, le moment idéal pour un Series Summer Classics est arrivé. Pour accompagner à la perfection ce moment, la série qu’il vous faut, c’est Mad Men.

Aimée de sériphiles pointus, il est vraie qu’en apparence, Mad Men peut être un peu difficile à saisir. Ici, le rythme est aussi lent que celui d’un ventilateur de plafond dans un dinner, les personnages pas tout à fait évident à saisir ou a aimé. On se demande un peu où est-ce que Matthew Weiner, le créateur de la série, veut nous emmener… mais voilà, on se laisse séduire, bercé par les costumes so vintage, les longs regards de Don Drapper, les problématiques et failles tellement humaines des héros – comment être ce que la société veut que l’on soit quand on n’a qu’une envie, c’est d’être soi-même ? Bientôt, vous ne pourrez plus vous passez de votre dose de Mad Men pendant la sieste, ou tard dans la nuit…

mad-men-season-6-cast

Publicités

Series Summer Classics : 24h Chrono

Maintenant que vous avez bien ri avec Friends, il est temps de passer aux choses sérieuses. Le Series Summer Classics du jour est la palpitante, tendue et très jouissive 24h Chrono, dit 24.

Je suis sûre que le nom Jack Bauer vous dit quelque chose. Même si vous ne connaissez pas la série, Bauer est un peu le superman des temps modernes, sans les pouvoirs en moins, le genre de type qui a des journées très, très fatiguante, passant son temps à sauver le monde ou, en tout cas dans la première saison, le premier candidat afro-américain à l’élection présidentielle. Lorsqu’elle est sortie, en 2001, elle était très inédite. Le principe d’avoir une temporalité réelle, soit un épisode = une heure (et donc une saison de 24 épisode = une journée), et un candidat noir, était assez révolutionnaire. D’autant plus qu’ils s’en passent des vertes et des pas mûrs, en une heure ! Entre Jack Bauer, sa fille kidnappée, les terroristes, les problèmes du candidat…  le tout devient assez addictif, même si le but n’est pas de faire dans la finesse, au contraire ! Plus c’est efficace, mieux c’est, et tant pis pour la cohérence. De quoi binge-watcher votre ennuie d’été !

logo-24-heures-chrono-jpg