Archives des nuages (saga 1) épisode 1

Vous avez été quelques uns à répondre à mon appel, merci ! En effet, j’ai fait appel à votre imagination chers lecteurs pour me donner des pistes d’idées pour commencer cette première saga. On m’a parlé, en vrac, de Front Populaire, de tortues volantes, de comédienne flic, d’une peinte voyageur dans le temps, de l’invention d’un vélo avec une roue géante,… toutes de bonnes idées. Que j’ai décidé d’intégrer, d’une manière où d’une autre, à ce récit.  Comment ? vous allez voir…

Mais d’abord, un titre. Cette Saga un s’intitule  Archives des nuages

Épisode 1 – De vous à moi

De vous à moi, je n’aurai avoué pour rien au monde que j’étais morte de trouille. Vous savez, on s’imagine toujours qu’on pourrait avoir une vie tellement plus passionnante, tellement plus facile, tellement plus cool. Puis quand on se retrouve à devoir se bouger les fesses, à devoir se mêler à la foule et avancer, une petite voix intérieur se demande qu’est-ce qui a bien pu nous prendre de vouloir tourner notre imagination en réalité. Parce qu’en réalité, tout ce qui est passionnant n’est ni facile, ni cool : c’est effrayant. Pas question de faire demi-tour pour autant. Les portes de la salle vont s’ouvrir, l’exposition est prête, tout est réglé au millimètre. Une grande inspiration et un dernier coup d’œil autour de moi. Mes peintures, qui dans un sursaut me paraissent banales et enfantines, baignent dans une douce lumière, se détachant des murs en pierre du lieu. Quel drôle d’idée, cette exposition dans cette ancienne église. Les tortues volantes de mes rêves grimpant au mur jusqu’aux vitraux, comme pour plonger dans un océan coloré et se perdre dans la vie des saints qui y sont représentés. Pierre m’appelle de l’autre côté du chœur.

– On y va ?

Je ne peux que rapidement hocher la tête. Si ça se trouve, personne ne viendra. D’ailleurs, quand Pierre ouvre les deux grandes portes en bois, rien ne vient ombrager le dernier rayon d’un soleil orangé d’automne qui inonde le parvis. La déception vient me piquer le cœur. Les paparazzis et critiques d’art ne se pressent pas. Pas faute d’avoir annoncer l’expo sur tous les réseaux sociaux, d’avoir inviter famille et collègues à ce vernissage. Où sont les 350 personnes qui ont accepter l’évènement sur facebook ? Je meurs d’envie de vérifier si le monde n’a pas disparu entre temps, mais Pierre m’a confisqué mon téléphone. Pour ne pas que je tourne chèvre, m’a-t-il dit. Je sais qu’il a raison, mais là, je le déteste un peu. Il est où, d’ailleurs ? Je m’approche de la porte, jetant un œil rapide sur les livrets immobiles sur la table de l’accueil.  » EXPOSITION : ARCHIVES DES NUAGES, par MARCY M. » Je soupire. Je suis vraiment trop bête. Je ne vais pas non plus attendre les gens devant la porte, je vais leur faire peur. Alors je refais le tour de la salle, encore, m’éloignant vers le fond, là où il n’y a plus de peinture.  Je baisse les yeux devant les étranges figures qui, du haut de leur chapiteau de pierre, semblent rire de ma situation. Un petit frisson me parcoure quand je passe devant l’entrée de la crypte. La grille, d’habitude fermée, est légèrement entrouverte. Une lueur brille en bas des quelques marches. Est-ce que Pierre a mis une peinture, en bas ? Je regarde autour de moi, m’apprêtant à pousser la grille, quand mon nom résonne.

– Marcy ? Ils arrivent !

J’hésite quelques instants. Deux personnes entrent dans l’église, accompagnées de Pierre qui leur tend un livret. Leur montre la première peinture. Ce sont deux voisins, un couple de petits vieux qui ont rodés autour de l’église tous les jours lorsque nous préparions l’expo. Ils ont l’air gentils, mais ne sont probablement là que pour voir si je suis quelqu’un de connu. Ils vont être aussi déçus que moi. Je m’approche de Pierre.

– Tu as  mis quelque chose dans la crypte ?

– Ben non, on n’a pas le droit d’y aller tu sais bien, c’était la condition. De toute façon, ils m’ont dit qu’ils avaient perdu la clé. J’te jure, entre ça et devoir fermer l’expo les dimanches, ils nous ont pas facilité la tâche, mais le lieux vaut le coup, non ?

– Si, si, et merci encore pour le bon plan.

– Les gens vont venir, ne t’inquiète pas.

Je ne peux que lui répondre par un coup d’œil triste. Mais une autre personne arrive, puis encore une autre. Une amie, un collègue, ma tante. Ouf. Je vais les saluer, leurs sourires me font chaud au cœur. Mais je n’arrive pas à m’ôter cette histoire de crypte de la tête. J’ai envie d’aller vérifier, mais voilà que de plus en plus monde arrive. Pas de quoi faire salle comble, mais de quoi me rassurer d’une part, et me tenir éloignée de la grille de la crypte d’autre part. Il va falloir attendre la fin de la soirée pour tirer cette histoire au clair…

nuage-photo-01

 

 

 

Publicités

La saga de My Pen My Friend : petit labo d’écriture

En voilà un titre énigmatique, n’est-ce pas ? Il faut que je vous avoue : ce moment, j’ai des envies de saga.

Une saga comme avant, comme on en publiait dans les journaux, un épisode à la fois, court, percutant. On m’a fait le retour suivant, lors de la refonte de mon blog : de la frustration que mes histoires n’ont pas de suite.

Alors on va expérimenter ensemble, si cela vous tente ! Un petit labo d’écriture d’une saga qui sera un peu surgit de nul part, pas vraiment travailler, vraiment au fil de la plume, une catharsis pour moi, un petit plaisir pour vous (enfin je l’espère).
J’ai beaucoup réfléchi au sujet, au point de départ, et je me suis dis que ce serait chouette, vu que nous expérimentons ensemble, de le faire avec vous ! Alors voilà : votre mission, si vous l’acceptez, c’est de me mettre, dans les commentaires, une idée, un personnage, un thème, un décor, bref, un truc que vous voudriez lire.

Vous me connaissez bien, je suis friande des récits historiques, du coup, pour cette première saga, je vous propose que nous trouvions un sujet qui se passe dans une époque reculée, disons, avant 1950 : maintenant, je vous laisse également proposer des sujets.

Par exemple… trouver le récit d’une vie antérieure ? Un thriller, un policier à l’ancienne ? Des aliens dans les pyramides ? Une histoire d’amour impossible ? Des guerres de pouvoir ? Lachez-vous ! Je ferais un petit mash-up des propositions pour trouver un début d’histoire le mois prochains, et officiellement lancer l’aventure en septembre, à raison d’un épisode par mois.

Je sais pas vous, mais cette idée m’excite beaucoup !

ecriture

Podcast : Y a plus de papier !

Les podcasts sont un format très populaires chez les anglo-saxons, et il commence à se faire connaitre chez nous.

Qu’ils soient de fiction (j’en dirais plus bientôt à ce sujet) ou à la manière d’émission de radio, il s’agit souvent d’une heure de programme que vous pouvez écouter n’importe où, n’importe quand, sans qu’ils ne passent jamais à  la radio.

Il y a quelques jours, j’ai participé à l’un d’eux ! Créé par les scénaristes Hadrien et Mathieu, il s’appelle Y a plus de papier, et parle beaucoup des métiers créatifs et bien sûr de l’écriture et du métier de scénariste.

Celui auquel j’ai participé a pour thème le réseau : vaste sujet…

Pour l’écouter, c’est par ici : http://hadrienetmathieu.fr/podcast/le-reseau/

N’hésitez pas à découvrir les numéros précédents !

Sur le Fil – What’s new, what’s next ?

Voilà maintenant cinq mois que mon super co-auteur Alban Ravassard et moi-même nous sommes lancés dans la folle aventure de créer une websérie historique.

Ceux qui me suive sur Facebook savent que Sur Le Fil avance bien ! Pour ceux qui auraient loupé les dernières news, un petit récap :

  • l’écriture avance : nous avons la moitié des épisodes dialogués, les synospsis des 5 autres !
  • le mot se propage  : les réseaux sociaux ont de plus en plus de likes !
  • nous accueillons avec joie nos premiers partenaires : Auvergne Nouveau Monde, la Commission du Film d’Auvergne, La Kiko Production, Mary Lookwood Production…
  • nous avons dégoté un super maitre de jeux pour le jeu de rôle grandeur nature !
  • nous vous avons dévoilés les premiers personnages que vous pouvez retrouver sur le site internet…
  • enfin, nous mettons à votre disposition une belle plaquette de présentation pour savoir comment nous aider et faire passer le mot !

Maintenant, pour la suite…

  • nous avons bien sûr besoin de vous, toujours et avant tout ! La première chose que vous pouvez faire ? Partager et en parler autour de vous ! A vos amis, vos collègues, votre famille… et les fans de Games of Throne !
  • nous sommes en casting : nous avons hâte de pouvoir vous dévoiler bientôt qui incarneront nos héros !
  • nous partons en repérage : nous serons en Auvergne la première semaine de juin pour visiter des décors
  • attention, exclu : à cette occasion, nous ouvrirons le blog sur site, pour que vous puissiez tout savoir !
  • nous serons également à la fête du Dauphin, fête médiévale de Montferrand !
  • enfin, nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenaires, surtout financiers : si vous voulez vous engager à nos côtés, vous savez où nous trouver !

A très vite pour d’autres nouvelles !

Impression

SOAP Editions

Les séries, c’est pas que dans la télé ! Pour les fans du format sériel, pour les passionnés qui veulent aller plus loin dans la compréhension des personnages, de la structure, des genres et j’en passe, il existe désormais des émissions de radios, des podcasts et, depuis quelques mois, un magazine, ou plutôt un MOOK : Soap.

Kezako ? Un mook c’est un mélange entre un magazine et un book. Soap editions vous propose un mook tous les quelques mois. Quelques 150 pages qui poussent la culture des séries à un autre niveau, Soap vous invite à découvrir des chroniques, des billets d’humeur, des interviews, des portraits, des enquêtes. Que vous soyez passionnés de séries US, UK ou Frenchie, vous devriez y trouver votre bonheur.

Et peut-être, au détour des pages du quatrième numéro, tomber sur un article sur un de mes projets !…. (pss : page 57, sur The Magnifique’s Bride – merci à Dominique pour avoir pensé à moi! )

Pour en savoir plus c’est par ici, ou par, et là aussi.

soap-n4-veep

Enchainé.

Une scène de travail d’un de mes projets, que certains reconnaitront peut-être…

Un éclair de jalousie traverse le regard d’Arnaud. Il reporte toute son attention sur les gestes de ses mains. Attraper, tordre, poser, couper, chauffer, passer, recommencer. Il ne faut pas se laisser aller. Ne pas penser. Mais, du coin de son œil, Arnaud voit son frère parcourir les allées, fier comme un paon. Il ne comprend toujours pas comment Vivien a obtenu ce poste. Il ne doute pas des capacités de travail de son petit frère, mais si ici, tout revient au mérite, il n’est pas sûr que Vivien soit le candidat à la morale parfaite et aux valeurs idéales. Attraper, tordre, poser, couper, chauffer, passer, recommencer. Arnaud fait des gestes doux, assurés, automatiques. Depuis quelques mois, venir tous les jours, répéter les mêmes actions, sans penser à rien d’autre que bien accomplir sa tache. Il a fallu que Vivien mette son nez là-dedans. Que Vivien se mêla de ses affaires lorsqu’ils étaient enfants, c’était une chose. Qu’il vienne maintenant mettre son grain de sel dans la vie qu’Arnaud essaie de se construire, jour après jour, effort après effort, ce n’est pas du tout ce dont Arnaud a envie. C’est Vivien qui avait eu les clés pour réussir, qui aurait dû devenir marchand. Une stridente sonnette retentit. Pause réglementaire. Arnaud se secoue les bras, se détend les coudes, fait quelques pas. Vivien surgit derrière lui, un grand cahier sous le bras. Il sort une petite montre à gousset, observe les secondes qui défilent. Un rictus amusé sur les lèvres, il tapote sur l’épaule d’Arnaud.
«  Belle performance, ouvrier Barraire, la fierté des usines ! », glousse-t-il. Arnaud, lui, soupire, se dirige vers une fontaine à eau dans un recoin de l’immense hangar où les chaînes de travail sont installées. Vivien trotte derrière lui, lui montrant fièrement sa montre. « Qu’est-ce que t’en pense ? Ça vaut le coup d’être chef, non ? » Vivien observe l’objet, content de lui. Arnaud se penche vers le petit robinet en ferraille, l’ouvre délicatement, ses mains rassemblées en une coupelle pour y recueillir l’eau. « Tu n’es pas le chef, Vivien. Et je serai toi, je ne ferai pas trop le malin… » Arnaud boit rapidement. Puis il laisse sa place à l’ouvrier qui, derrière lui, lui fait un sourire complice. Vivien lève les yeux au ciel. « Ouais, ben en attendant, c’est pas moi qui retourne à la chaine dans trois minutes… deux minutes ! Pas de retard pour… » « BARRAIRE ! » Arnaud et Vivien se retournent ensemble vers la grosse voix qui vient de prononcer leurs noms de famille. Un homme sec, casquette de chef d’usine, leur envoie un regard noir. « La pause, c’est pour les ouvriers, pas pour vous ! » Vivien rougit et regarde autour de lui, mal à l’aise, « Oui chef », alors qu’Arnaud ne peut s’empêcher un soupir en retournant à sa place, ne pouvant se débarrasser du sentiment que, non, décidément, cela n’augurait rien de bon.

Sur Le Fil

Une fois n’est pas coutume (mais j’espère que cela le deviendra de plus en plus), je me permets de vous faire la présentation d’un de mes projets, qui me tient beaucoup à coeur, et que nous démarrons avec mon co-auteur Alban Ravassard. Laissez-moi vous entrainez dans l’univers de… Sur Le Fil !

Pour l’instant, le projet, qui s’appelait avant Altilaneus, vient d’être lancé : nous avons une belle page facebook, un compte twitter, et un site en construction. Notre objectif : trouver des partenaires, rassembler une communauté, pour tourner la web-série dans un an !!!

Sur le Fil est une web-série, un thriller historique de 10 épisodes de 6’.

Sur le Fil est le récit initiatique d’Audric, un jeune apprenti qui va enquêter sur le meurtre de son oncle pour accomplir sa vengeance.

Websérie médiévale en prise de vues réelles, Sur le Fil est un thriller historique au rythme haletant, composé de dix épisodes de six minutes et d’un jeu de rôle grandeur nature unique.

Qu’est ce que ça raconte ?

Inspirée de faits réels, l’action se déroule en Auvergne au Moyen-Âge, en 1120, lorsque Clermont et Montferrand étaient deux villes séparées et ennemies : Clermont était un évêché sous la coupe du roi, alors que Montferrand, ville nouvelle, venait d’être érigée par le Comte d’Auvergne Guillaume VI pour se détacher de l’autorité royale.

Le jeune apprenti peintre-cartonnier AUDRIC LAVERGNE, impulsif et entêté, attend l’heure d’effectuer son chef d’oeuvre pour passer maître dans un art où il est naturellement doué. Il ne se doute pas que l’annonce de la mort du Comte Guillaume VI aux croisades va avoir des conséquences radicales sur sa vie : son oncle, ainsi que le maître de l’atelier de tapisserie où ils travaillent ensemble, sont brutalement assassinés.

Qui les a tués et pourquoi ? Audric, avec l’aide de JACQUES, un garçon lâche et ambitieux, lui aussi apprenti de l’atelier, va enquêter dans l’espoir de se venger. Mais le mystère s’épaissit lorsque la corporation des tapissiers vient reprendre la tête de l’atelier, et que la belle jongleuse SYBILLE fait son apparition dans le cœur et la vie d’Audric. Dans sa quête de vérité, Audric va devoir faire des choix radicaux pour sa carrière mais également par rapport à son ami et son nouvel amour…

Une des forces de notre projet est son ancrage local. Nous voulons nous servir de la richesse du patrimoine historique Clermontois et de ses lieux préservés, comme d’un socle. Il existe aussi en Auvergne de nombreuses associations de reconstitutions médiévales organisant fêtes et conventions en costumes, qui sont un véritable terreau fertile sur lequel nous appuyer, et que nous souhaitons impliquer au cœur même de la création de la websérie.

Pour agrandir cette communauté socle au niveau local et l’étendre au niveau national, nous voulons inviter nos spectateurs à intégrer l’univers de la série et devenir un des personnages du récit dans la réalité, par le biais de l’organisation d’un jeu de rôle grandeur nature. Cet événement unique et original sera organisé à l’issue de la diffusion de la série, dans les lieux patrimoniaux locaux que le tournage aura investis, avec le concours des comédiens interprétant les personnages de la série et les membres des associations médiévales.

Nous pensons la création de la web-série autour d’un partenariat avec les acteurs de la région Auvergne et plus particulièrement autour du tourisme. Nous sommes déjà entrés en contact avec des partenaires potentiels à Clermont-Ferrand, notamment l’office du tourisme et le bureau du film de la région, qui se sont montrés favorables et enthousiastes vis-à-vis du projet.

ça vous intéresse ? n’hésitez pas à nous contacter :

surlefilwebserie@gmail.com

 

Rejoignez-nous !

FB : https://www.facebook.com/surlefilwebserie/

TW : @SurleFilWebserie

Impression

Répétition.

En cette année 2016, j’ai envie de vous proposer une petite nouveauté sur ce blog : une fois par mois, je vais poster un petit texte, une mini-nouvelle. Ces textes seront écrits dans le cadre du développement d’un de mes scénarios – sans que vous ne sachiez lequel, pour l’instant ! J’espère que ça vous plaira !

Il ne regardait même pas ses doigts. Il ne tapait même pas le rythme avec son pied. Heureusement que les danseurs, en combinaisons rouges et noirs, connaissaient l’enchaînement par cœur. Après tout, cela faisait au moins la dixième fois qu’ils répétaient le morceaux, traversant la scène avec des sauts joyeux et des portés gracieux. A ce rythme là, Paul le jouerait dans son sommeil. Il s’exécutait de manière tellement automatique que Laura était persuadée qu’il était dans la lune. Il ne faisait jamais vraiment attention à ce qui se passait autour de lui, d’ailleurs. Il lui jetait bien quelques regards de temps en temps, mais elle s’efforçait de l’ignorer. Elle fouillait sa mémoire pour trouver des histoires à retranscrire dans son journal intime, pour ne pas avoir à lever le nez de son cahier pour regarder la scène. Le piano noir s’y fondait comme une panthère dans la nuit. Le t-shirt blanc de Paul, assis sur son tabouret derrière l’instrument, brillait de contraste. Il releva les yeux et croisa le regard de Laura. Elle se força à le soutenir quelques instants avant de baisser les yeux sur son journal et de se remettre à écrire, comme si elle ne le voyait pas vraiment, comme si elle ne faisait que réfléchir. Mais elle sentait le poids de ses yeux, toujours là. La musique se finit. Son père, assis sur un fauteuil non loin d’elle, se redressa. « Allez, une dernière fois ! » lança-t-il pour la dixième fois. Elle leva les yeux au ciel et le maudit silencieusement. Paul recommença à jouer avec un petit sourire mesquin sur les lèvres. Non, décidément, il avait décidé de faire tourner Laura en bourrique, et elle était bien décidé à se venger.

CUT – la série

Je suis sûre que, depuis le temps que je vous parle de transmédia, vous avez envie de voir concrètement ce que c’est. Et bien, l’heure est bientôt arrivée pour vous d’en faire l’expérience ! Pour cela, rien de plus simple… il suffira de jeter un oeil à la saison 3 de la série CUT qui sera très bientôt diffusée  sur France Ô !

CUT, c’est l’histoire de Jules et de sa mère Laura qui retournent à la Réunion pour régler leurs histoires de famille et commencer une nouvelle vie… enfin, ça, c’était la saison une. Dans la saison 3, pleins de choses ont déjà changé pour eux. Il y a aussi de nouveaux personnages qui arrivent, pleins de suspens et de rebondissement, bref, du soap, du Plus Belle la Vie exotique.

Mais ma modeste participation comme scénariste sur cette série ne se verra non pas à la télé mais sur internet d’une part, et sur une application mobile d’autre part : c’est ainsi que se décline le transmédia de la série, et tout cela avant le début de la diffusion.

Ainsi, tout le monde pourra suivre les aventures de Jules mais aussi de Lulu, un nouveau personnage, sur leur page facebook, sur l’appli mobile Jules974 que je vous conseille de télécharger si vous voulez profiter pleinement de l’univers de la série, et de la chaine youtube de Lulu. Cette saison 3 révélera toutes les aspérités des personnages principaux dans leurs vies quotidiennes avec leurs coups de gueule, leurs amitiés, leurs amours qui vont marquer les intrigues de ces 70 nouveaux épisodes et apporter une réelle proximité et une intimité sans égale avec  Jules et de Lulu. L’application Jules974, cette saison, sera enrichie par de nouvelles fonctionnalités notamment Instagram où Lulu est très présente.

Plusieurs centaines de statuts, de vidéos, de photos ont été produits par Terence Films, ALP et Bigger than Fiction, écrits par Eline le Fur et moi-même, et mis en scène par Béryl Coutat.

Avec les 70 épisodes de cette nouvelle saison, vous pourrez découvrir Sabine Perrault (Eva), Nadia Richard (Lulu) et Charles Clément (Jean) les nouveaux comédiens de la série et des guests à venir. Ils retrouveront bien sûr Ambroise Michel (Adil), Antoine Stip (Charles de Kervelec), Sébastien Capgras (Jules Park), Julie Boulanger (Laura Park), Emilie Granier (Billie), Vincent Vermignon (Stefan), Benjamin Tribes (Mathis), Youshaa Ravate (César) et Yaëlle Trules (Nine).

La série est réalisée par Stéphane Meunier, Vincent Trisolini, François Bigrat et David Hourregue. La 3e saison a été écrite par Eugénie Dard, Emmanuelle Dupuy, Roman Turlure et Bertrand Cohen.

C’est une co-production ALP/Terence films avec la participation de France Ô, Outre-mer 1ère et TV5 Monde, avec le soutien de la Région Réunion et en partenariat avec le CNC.

Vous savez tout !

Alors rendez-vous à partir du 12 octobre sur la page facebook de Jules et à la fin du mois sur France Ô !

saison3_03

News pro estivales

Je sais, cher lecteur, que tu as remarqué, un beau matin, l’air de rien, que je postais beaucoup moins de notes sur mon blog ces derniers temps. Mais j’ai une bonne raison ! Elle est toute simple, et néanmoins joyeuse : j’ai du travail ! Si, si, je t’assure, du vrai travail de scénariste, payée à écrire des histoires, en avançant dans le processus semée d’embuche d’aboutissements des projets,…

Par exemple, sais-tu que Edith et Henry, un petit court-métrage que j’ai écris lors du Marathon du court-métrage du Festival des Scénaristes de Valence et qui est produit par TopShot Films, vient d’obtenir l’aide à la production de la Région Bretagne ?

Et c’est parmi pleins d’autres projets qui bougent, des séries télés qui sont optionnées ou entre en développement chez des chaines, des webséries en financement qui vont être trop cool, de nouvelles co-écritures, toujours avide de nouveaux projets, des abeilles qui butinent, des pirates qui traversent la Manche…

Car non contente de faire doucement mon petit trou parisien, je compte commencer à semer quelques graines à Londres à la rentrée… d’ailleurs, je suis preneuse de tout contact, hein !

Aussi, je me sépare de mon agence, Agent Agitateur. Je suis donc temporairement sans agent, la situation ne devrait pas durer longtemps mais, en attendant, vous savez où me trouver !

Bon, tout ça c’est bien beau, mais j’en entends certaines dire : ça veut dire quoi ? elle va plus faire de blog ? où est-ce qu’on va trouver des avis sur les séries et les films, nous ? Rembourser ! Mais non, pas de panique : ce blog ne va pas bouger et continuer son petit bout de chemin, alors avec certes un peu moins d’assiduité, surtout maintenant que l’été arrive, mais restez, je vous en pris, de sympathiques choses arrivent… alors, Stay Tuned pour de nouvelles aventures !

old_couple_by_SC4V3NG3R